صابون حلب

Installation-performance /exposition de fin d'étude/ 2017

صابون حلب, vidéo de la performance, exposition de fin d'étude, 2017

Ce travail présente les tirages jusqu’à épuisement de l’encre, de cinq gravures représentant les ruines d’Alep. Les compositions proviennent de l’assemblage volontairement chaotique des innombrables images de presse qui nous ont inondées depuis le début du conflit et qui continuent d’affluer.

 

Le processus a consisté à graver cinq plaques, à les encrer une fois et puis de les presser à l’aide d’un savon d’Alep, à la manière de la technique de la cuillère – le savon se substituant à l’outil. La nature du lieu de l’exposition – une ancienne fabrique de savon – à inspiré ma démarche et lui a donné du sens. Pour la performance, j’ai travaillé sans répit, telle une lavandière, à l’effacement de mes plaques.

 

Cinq rangées d’estampes suspendues font état de la progression des impressions de chaque gravure. Peu à peu, l’encre diminuant sur la plaque, les impressions se font de plus en plus évanescentes. Le but étant d’arriver à une page blanche, à l’effacement de ce trop plein d’images médiatiques : à laver l’horreur. Ces pages blanches sont alors marquées à l’encre rouge du sceau du savon d’Alep symbole de son histoire millénaire.

 

Les tirages sont suspendus à leurs fils comme autant de peaux offertes au vent, comme la peau de Marsyas suspendue par Apollon au vent – mais qui continue de chanter dans la mort. J’espère humblement aussi rendre hommage aux sacrifiés de cette guerre.

{1}  Sceau du fabricant d’une manufacture de savon d'Alep

Camille Dufour © / Photographies : Rafaël Klepfisch © Ithier Held ©